Nos étoiles contraires

Nathan 16,90€ 330 pages Résumé: Hazel, 16 ans, est atteinte d'un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l&#...

Nathan
16,90€
330 pages


Résumé:

Hazel, 16 ans, est atteinte d'un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l'évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C'est là qu'elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d'Hazel, qui a peur de s'impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d'amour commence... les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

Mon avis:
Je m'attendais a être bouleversée... Et pourtant

Que se soit sur Goodreads, livraddict ou même la blogosphère les avis sont majoritairement dithyrambiques alors forcément soit çà donne envie ou soit çà donne peur. Dans mon cas çà donne peur, mais qui n'essaie pas ne peut pas savoir, alors j'ai essayé et j'avais raison d'avoir peur.

J'avais une boîte de mouchoirs à côté de moi au cas où, mais je n'en ai pas eu besoin et non je ne suis pas insensible, je pleure facilement devant un film ou en lisant un livre (normalement) mais pas là. Si j'ai eu du mal pendant un moment à identifier la source du problème, je peux maintenant mettre le doigt sur ce qui m'a gênée et vous expliquez clairement mon ressenti, enfin je crois...

J'ai longtemps repoussé cette lecture de part son sujet. Il touche forcément, qui n'a pas été touché de près ou de loin par le cancer, ma famille en a fait les frais, c'est le mal du siècle comme on dit. Alors aborder ce sujet dans un roman young adult c'est un pari osé, que John Green a relevé. Et pour çà je dirais même plutôt bien, dans la manière d'aborder la maladie, vivre avec le cancer c'est le combattre et se battre contre soi-même. On sens qu'il a fait de nombreuses recherches pour comprendre les sentiments des malades et peaufiner son sujet. Je trouve cela relativement bien fait et avec une touche d'espoir.

Mais il y a un "mais", en lisant "Qui es-tu Alaska?" j'avais déjà remarqué ce fait, et çà se confirme aujourd'hui, je n'aime pas l'écriture de John Green. Je la trouve hachée, trop directe sans liaisons directes entre les phrases. Et il part parfois dans de ces délires avec ses personnages que je n'ai rien compris, je suis restée sur le quai. Il les fait parler comme des adultes mais se sont encore des adolescents! Et les métaphores çà va cinq minutes mais bon en faire des tonnes, non merci...

Deuxième point, les personnages. Entre Hazel et Augustus je préfère, Isaac. Lui seul à un vocabulaire de son âge! C'est fou pour les deux autres j'ai l'impression qu'ils ont déjà tout vu tout vécu et franchement je ne me suis pas attachée à un seul des deux, voir quand même peut-être Hazel vers la fin, mais sans plus. Je suis d'accord la littérature développe l'esprit mais des fois c'est un dialogue de philosophe! J'apprécie néanmoins leur vision de la maladie (Cf le point que j'ai aimé) pour le reste je suis restée de marbre. Et quand je parle du reste, je parle de la romance. Je n'ai pas ressenti l'alchimie romantique entre ces deux personnages, les papillons dans le ventre ou les sourires niais. J'ai quand même enfin compris la signification des okay? okay que je vois partout, certaines citations sont classes mais je n'ai ni ri , ni pleuré comme je m'y attendais. En réalité la chose qui m'a le plus ému est la relation de Hazel avec ses parents, notamment son père que j'ai trouvé très touchant.

Voilà, je reste sur ma faim et l'impression d'être totalement passée à côté de l'engouement pour ce roman. Il y a parfois des romans pour lesquels on passe complètement à côté, pour certains c'est "si je reste", pour moi c'est "nos étoiles contraires". 

Le +

L'espoir vis à vis de la maladie

Le -

L'écriture et je n'ai pas été touchée comme je m'y attendais

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------EXTRAIT---------------------------

"_ Augustus, ai-je répété, ne sachant quoi dire d'autre. J'avais l'impression que tout en moi s'élevait, l'impression de baigné dans la joie curieusement douloureuse, mais je ne pouvais pas lui dire la même chose. Je n'ai rien dit. Je l'ai regardé et il m'a regardée puis il a hoché la tête, les lèvres pincées , avant de se détourner et de poser sa tête contre le hublot"

Vous aimerez aussi

18 Commentaires

  1. J'ai le même ressenti que toi sur ce roman, je l'ai terminé il y a quelques jours et sans que je puisse expliquer pourquoi, je n'ai pas eu le coup de coeur que la plupart des bloggers ont eu ! Mais maintenant que tu dis ce qui t'as gêné, je me rend compte que je partage les mêmes avis !!
    Enfin voilà tu n'es pas la seule :p

    RépondreSupprimer
  2. Dithyrambique ? Hum, hum...
    Dommage que tu n'aies pas été autant touchée !
    C'est vrai qu'à ma première lecture, j'ai beaucoup aimé mais sans plus, mais à ma 2ème relecture, avant l'avant-première, j'ai été plus émue que jamais !

    RépondreSupprimer
  3. Dommage mais bon comme tu dis certains c'est "If I stay"... comme moi et d'autres "TFIOS" ^^ Peut-être que le film saura plus te toucher si tu es curieuse d'aller le voir :)
    Mais c'est vrai que l'écriture de John Green est particulière et ne plaît donc pas à tout le monde :/

    RépondreSupprimer
  4. J'ai ressenti la même chose que toi .... Je suis passée à côté , surement à cause du thème ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est un thème difficile à traiter

      Supprimer
  5. Je suis globalement du même avis que toi (nous ne somme pas seules, je le vois dans les commentaires). J'ai quand même bien aimé l'histoire et les personnages pour ma part, mais j'adhère pas du tout à l'écriture et c'est ce qui fait que j'en ai un souvenir pas extrêmement positif tant cet aspect-là m'avait déçue. Mais j'avais pas regretté ma lecture. Hâte de voir le film qui sera sûrement 10 fois mieux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne regrette pas ma lecture mais je pense aussi que le film sera 10 fois mieux ^^ (j'espère)

      Supprimer
  6. Je pensais en faire ma prochaine lecture mais j'ai du coup quelques doutes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après nous avons chacun notre ressenti beaucoup ont beaucoup aimé^^

      Supprimer
  7. J'en n'avais pas du tout conscience en lisant le livre en anglais, mais j'ai trouvé le langage de Gus tellement guindé dans le film... Alors c'est pareil dans le livre apparemment, bon... Et comme toi, mon paquet de mouchoir ne m'a pas servi. J'ai bien eu les larmes aux yeux quand Hazel et son père discutaient mais pas plus. Je ne sais pas si ça vient du fait que je connaissait déjà l'histoire. En tous cas, l'humour m'a plu, le livre m'a plu de façon général, mais je comprends ton point de vue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement pareil la discussion entre Hazel et son père m'a beaucoup touché (plus que le reste) et c'est çà guindé c'est le mot^^

      Supprimer
  8. Je l'ai lu il y a un moment, mais ça n'était pas mon roman préféré de John Green dont j'apprécie, contrairement à toi, l'écriture ^^. J'ai trouvé que le film était plus touchant que le livre qui ne m'a pas finalement pas laissé tant que ça de souvenirs avec le recul. Comme toi, j'ai aimé le pari de John Green, de traiter d'un sujet aussi difficile.

    RépondreSupprimer
  9. Wahou ton nouveau design est tout simplement magnifique !! J'adore !
    Et en ce qui concerne TFIOS, je n'ai pas non plus apprécié comme tout le monde. Et pourtant, je l'ai lu deux fois ^^ J'ai trouvé Gus insupportable ! :(

    RépondreSupprimer
  10. C'est intéressant de voir le point de vue de quelqu'un qui n'est pas fan de ce livre. Je ne l'ai pas encore lu car comme toi les forts engouements me freinent...mais je vais sans doute me lancer tout de même pour avoir mon propre avis =)

    RépondreSupprimer
  11. J'ai beaucoup aimé ce roman, même si ce n'est pas le coup de coeur que je pensais avoir, j'ai vraiment beaucoup aimé l'histoire, les personnages, le thème si bien traité ici. Après comme pour toutes les lectures, personne ne peut avoir les même avis, et c'est normal :)

    RépondreSupprimer
  12. J'avoue que je n'adhère pas trop à l'écriture de John Green mais c'est le seul roman que j'ai vraiment apprécié de l'auteur (j'avais déjà lu will & will et qui es-tu alaska) ! Je ne dirais pas que c'est le livre le plus émouvant que je connaisse (je n'ai pas pleuré) mais j'ai trouvé justement qu'il traitait le sujet sans tomber dans le drama
    Au passage, chouette design ! ça fait classe !

    RépondreSupprimer
  13. C'est vrai que quand je lis des extraits de TFIOS en français, je trouve le vocabulaire complétement surréaliste pour des adolescents. En revanche, je n'ai pas du tout eu cette impression en le lisant en anglais. J'ai eu un peu la meme impression quand j'ai vu Divergent (le film) en français, apres l'avoir lu et vu en anglais (par exemple, lorsqu'ils mangent dans le refectoire, que Tris parle à Four et qu'il lui dit "excuse-moi, qu'est-ce qui te fais croire que tu peux me parler?", elle répond "peut etre parce que tu es si affable.". En anglais, c'est "maybe because you're so approachable!?", qui est à mon avis plus direct, plus drôle, et surtout plus adapté au vocabulaire d'une fille de son âge).
    Je pense que l'écriture de John Green en VO comporte des idées un peu trop poussées pour des adolsecents, mais avec du vocabulaire courant. Seulement la traduction française utilise du vocabulaire beaucoup moins courant, qui donne cet aspect hyper pompeux et guindé. Enfin, peut etre que c'est ma formation d’angliciste qui me pousse à chercher des excuses à John Green, mais c'est vrai que la traduction française ne lui fait pas justice :)

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos commentaires et essaie dans la mesure du possible d'y répondre, alors n'hésitez pas, j'adore papoter avec vous!